Économie

Pegasus, un espion dans le téléphone

Les révélations se multiplient depuis l’éclatement du scandale touchant de nombreuses personnalités.
Pegasus, un espion dans le téléphone
Une fois le téléphone infecté, le contenu de multiples applications telles que WhatsApp, Signal ou de la simple messagerie peut être extrait. KEYSTONE
Cybersécurité

Déjà critiqué par le passé, le logiciel espion Pegasus, conçu par la société technologique israélienne NSO, est à nouveau au centre d’un scandale international. Depuis une semaine, un consortium international de journalistes dévoile les noms de victimes de cette société après qu’Amnesty International et le site français Forbidden Stories ont mis la main sur une liste comprenant 50 000 numéros de téléphone de plusieurs pays (mais apparemment pas la Suisse) potentiellement infectés

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion