Solidarité

En Afghanistan, le long chemin de l’école

En Afghanistan, où le taux d’alphabétisation oscille entre 55% chez les hommes et moins de 30% pour les femmes, des associations apportent l’instruction jusque dans les régions les plus reculées.
Le long chemin de l’école
Shirinne, 20 ans, enseigne à l’école de Dewan, construite par l’association Nai Qala, dans une région éloignée de la province de Bamyan. NAJ QALA
Afghanistan

Taïba Rahimi, présidente de l’association Nai Qala, et Matiullah Wesa, créateur de l’ONG Pen Path Volunteers, ont en commun un sentiment d’extrême gratitude à l’égard de leurs pères respectifs, sans le soutien desquels l’école n’aurait pas croisé leur chemin. Une voie qui les conduit aujourd’hui à faire que la formation ne soit plus l’apanage des jeunes citadin·es. Avant-dernière d’une vaste fratrie, Taïba est encore enfant lorsque son père, «modeste paysan

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion