Genève

«On n’a nulle part d’autre où aller»

Depuis quelques semaines, Genève voit fleurir des campements de familles sans domicile fixe où il n’est pas rare de voir des enfants en bas âge. Reportage.
«On n’a nulle part d’autre où aller»
Les campements de familles roms augementent malgré les dispositifs de la Ville. ERIC ROSET
Sans-abrisme

Des petits corps blottis les uns contre les autres ou dans les bras de leurs parents, dormant sous des abris de fortune ou carrément à la belle étoile. L’image est choquante mais bien réelle. Depuis quelques semaines, Genève voit fleurir des campements de familles roms sans domicile fixe. Si la grande précarité et le sans-abrisme sont des problèmes connus, la présence d’enfants, parfois en bas âge, semble, elle, nouvelle. Pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion