Scène

Il était une fois… une ampoule

Encore cette semaine, les arts du récit font l’affiche du Théâtre Pitoëff, à Genève.
Il était une fois... une ampoule
Catherine Gaillard dans "La Servante". JOËLLE RICHARD
Théâtre

«Arts du récit»? Cette notion, qui sonne bien technocratique, ne désigne rien d’autre que les contes, mais se veut «plus englobante et représentative» des pratiques des conteuses et conteurs d’aujourd’hui, explique Catherine Gaillard, qui termine ces jours au Pitoëff une résidence de création «théâtre et arts du récit» de la Ville de Genève avec sa compagnie Séléné. «La réalité de notre métier n’est pas réductible à l’image de la vieille

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion