Égalité

Pour une grammaire non binaire

En français, le masculin générique fait office de neutre. Face à ses limites, de nouvelles formes émergent. Auteur d’une Grammaire du français inclusif, le linguiste Alpheratz en parle.
Pour une grammaire non binaire
Panneau indiquant les toilettes non genrées au muséum d’Histoire naturelle de Stockholm. Anne Jea/CC
Ecriture inclusive

En Suède, le pronom neutre hen est aujourd’hui entré dans le dictionnaire de l’Académie royale. En français, les formes émergentes de neutre restent tâtonnantes, notamment dans l’espace francophone. Elles témoignent du fait que le genre masculin n’est plus uniformément ressenti comme neutre. Comment naissent-elles et ont-elles vocation à se répandre? «Actuellement, on repère environ cinq ou six régularités servant à former du neutre», explique Alpheratz, qui enseigne la linguistique, la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion