Livres

Ecrivaine et capitaine, Cilette Ofaire redécouverte

 L’Ismé reparaît, suivi par une biographie de l’autrice originaire de Neuchâtel dont l’œuvre a rencontré le succès public et critique avant de sombrer dans l’oubli.
Ecrivaine et capitaine, Cilette Ofaire redécouverte
Cilette Ofaire (à gauche) sur le San Luca. DR
Réédition

Pendant une trentaine d’années, de son premier roman Le San Luca (1934) à sa mort en 1964, Cilette Ofaire a compté parmi les écrivain·es suisses de langue française «les plus lus et reconnus au monde», écrit Charles Linsmayer dans sa biographie de l’autrice née en 1891 à Couvet, dans le canton de Neuchâtel. L’historien de la littérature zurichois y éclaire la vie et l’œuvre d’une femme en quête de liberté,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion