Solidarité

Holcim empêtrée en Birmanie

LafargeHolcim entretenait des relations étroites avec le MEHL, un conglomérat contrôlé par l’armée birmane. Le cimentier affirme n’avoir plus d’activités dans le pays. Mais sa filiale n’a pas disparu.
Holcim empêtrée en Birmanie
Les sourires de 2014, lors de l’arrivée de Lafarge en Birmanie, ne sont plus de mise. Le cimentier, fusionné depuis avec Holcim, assure ne plus collaborer avec les conglomérats propriété des chefs de la junte. UMA/Facebook. Keystone
Birmanie

Dans la foulée du coup d’Etat perpétré par l’armée birmane le 1er février, et qui a déjà fait plus de 700 morts, le conseiller national Nicolas Walder (Vert·es/GE) a demandé au Conseil fédéral de s’assurer que les activités des entreprises suisses ne soient pas liées aux conglomérats MEC et MEHL, contrôlées par l’armée. Mais y en a-t-il? La réponse se trouve dans Les intérêts économiques de l’armée du Myanmar1The economic interests

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion