Suisse

Une troisième dose possible

Face aux variants, un vaccin «optimisé» pourrait s’avérer utile, selon un immunologue.
Une troisième dose possible
Certains variants «d’échappement», moins sensibles à la vaccination, pourraient conduire à rajouter une dose. KEYSTONE
Vaccins

Le retour à une vie plus ou moins normale passera-t-il par une troisième dose? L’idée fait son chemin en Suisse après les déclarations la semaine passée d’Albert Bourla, patron de Pfizer, qui produit l’un des deux vaccins utilisés par Berne avec Moderna. Un rappel serait nécessaire après 6 à 12 mois. La faute aux nouveaux variants dits «d’échappement», moins sensibles à la vaccination, qui émergent, comme le variant brésilien P1.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion