Régions

«Il y a plus d’enfants qui vont mal»

En raison de la pandémie, le nombre d’enfants nécessitant une assistance a fortement augmenté. La Direction générale de l’enfance et de la jeunesse du canton de Vaud s’avoue débordée. Une préoccupation qui touche aussi le Valais et Neuchâtel.
«Il y a plus d’enfants qui vont mal»
Le semi-confinement dû à la pandémie n'a pas créé à lui tout seul des situations qui auraient débouché sur des placements, mais il a participé à la dégradation de situations familiales déjà problématiques. KEYSTONE/IMAGE D'ILLUSTRATION
Pandémie

La crise du coronavirus a provoqué une explosion du nombre d’enfants ayant besoin d’une assistance dans le canton de Vaud. Cette forte augmentation s’est produite au cours du deuxième trimestre 2020 et se poursuit depuis le début de cette année. «Nous sommes complètement débordés», a déclaré jeudi sur les ondes de la RTS la cheffe de la Direction générale de l’enfance et de la jeunesse (DGEJ) Manon Schick. «Il y

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion