Livres

Baudelaire, Flaubert, Rimbaud, leur cœur mis à nu

Baudelaire et Flaubert sont nés il y a deux cents ans. Rimbaud est mort il y a cent trente ans. En littérature, les bons comptes font de bons récits. L’occasion de polir les statues, ou de les secouer un peu.
Leur cœur mis à nu 1
Dans le regard d’Yslaire, Baudelaire apparaît «semblable au prince des nuées», albatros échoué dans l’ombre de sa «Vénus noire». YSLAIRE / DUPUIS
Anniversaire

Ils bougent encore. On en a fait des monuments vert-de-grisés, des épaves sublimes, des bateaux ivres échoués dans la mémoire collective. Mais les grands irréductibles du XIXe siècle français continuent de défier nos imaginaires, de réécrire le dictionnaire de nos idées reçues. Alors quand Flaubert, Baudelaire (nés il y a deux cents ans) et Rimbaud (mort il y a cent trente ans) composent par coïncidence un même bouquet funèbre, l’hommage

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion