Suisse

Une seconde vie moins polluante

Le rétrofit a déjà des adeptes en Suisse. Une société mise sur la conversion du thermique en électrique.
Une seconde vie moins polluante
De la vieille VW Coccinelle, seule la carrosserie et le châssis sont conservés. REVIVE/DR
Voiture

En fin de parcours, les voitures à essence ou diesel ne sont pas toutes vouées à la casse. Certaines finissent dans un garage pour se refaire une santé grâce au rétrofit. Rien à voir avec le tuning qui tient de l’opération de chirurgie esthétique. Le rétrofit s’apparente à une transplantation cardiaque: le moteur, le réservoir et le pot d’échappement sont remplacés par un moteur électrique, des batteries et une prise

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion