Cinéma

Filmer le peuple qui manque

Un ouvrage critique passé inaperçu s’intéresse aux représentations du peuple dans le cinéma contemporain. Un réservoir de fulgurances sur les images de luttes du XXIe siècle.
Filmer le peuple qui manque
"Tahrir, place de la libération" raconte la révolution égyptienne de 2011. ED. HERMANN
Parution

Même si les librairies auront moins souffert du Covid-19 que les salles de cinéma, nombreux sont les livres reportés, passés inaperçus, ou annulés. Le Peuple précaire du cinéma contemporain, du critique français Gabriel Bortzmeyer, se situe quelque part entre ces trois catégories: initialement prévu pour le printemps 2020, il n’est finalement sorti qu’en impression à la demande. L’honnêteté impose de préciser que ce n’est qu’à l’accointance personnelle avec l’auteur, camarade

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion