Solidarité

L’argent sans la banque

Quand on est pauvre ou sans papier, l’accès à la banque ou aux sociétés de virement est loin d’être une évidence. Système millénaire, la hawala répond à cet enjeu dans un monde de plus en plus mobile.
L’argent sans la banque
Pour transférer de l’argent à bas coût quand on ne dispose pas d’un compte bancaire, la "hawala" représente une alternative appréciée des migrants et des classes populaires des pays du Sud, comme ici au Pakistan. KEYSTONE
Enquête

«La hawala c’est rapide, facile, et on ne doit pas faire la queue. La personne qui veut envoyer de l’argent reçoit un numéro qu’il communique au destinataire. Celui-ci se rend ensuite auprès d’un hawaladar (courtier) de son lieu de résidence qui lui remet la somme convenue, ce n’est pas compliqué», explique Ahmad Wali Amin Safi, conseiller en sécurité auprès du Ministère afghan de l’intérieur. En Asie centrale, cet ancêtre de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion