Genève

Signatures payées mais affaire classée

L’UDC genevoise a mandaté la société Incop pour récolter 2600 signatures dans le cadre du référendum contre l’aide d’urgence aux travailleurs précaires. Pas illégal, selon le procureur général.
1
Les démarcheurs étaient payé 20 francs de l’heure pour autant qu’ils recueillent au moins dix signatures par heure. KEYSTONE-PHOTO PRÉTEXTE
Justice

Si le Conseil d’Etat genevois a pu, le 28 octobre, constater l’aboutissement du référendum déposé à mi-septembre par des membres de l’UDC et du MCG contre l’aide d’urgence aux travailleurs précaires, c’est parce qu’il a eu le feu vert du Ministère public. Celui-ci avait auparavant refusé d’entrer en matière à propos d’une dénonciation pénale de l’Association des juristes progressistes pour récolte frauduleuse de signatures. Il apparaît pourtant que l’UDC genevoise

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion