Cinéma

Symphonie dépressive

Le Suédois Roy Andersson ausculte notre humanité tourmentée dans «Pour l’éternité», nouvelle collection de saynètes saugrenues.
Symphonie dépressive 2
Cinéaste maniaque au style inimitable, le cinéaste suédois fait preuve d'un raffinement esthétique qui fait de chaque image un tableau. XENIX FILMDISTRIBUTION
Film

«Roy Andersson est tout simplement un génie.» C’est son confrère palestinien Elia Suleiman qui le dit, dans une interview donnée l’an dernier au Courrier. Appréciation confirmée par le nouveau long métrage du cinéaste suédois, qui lui a valu le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la Mostra de Venise en 2019. Enfin projeté dans les salles romandes, Pour l’éternité prolonge sa formidable «trilogie des vivants», méditation sur la condition humaine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion