Solidarité

Ils ont faim de justice

Une trentaine de prisonniers mapuches ont mis un terme à leur grève de la faim. Le mouvement de contestation grandit au Chili alors que les citoyens décideront s’ils veulent une nouvelle Constitution.
Ils ont faim de justice
Des Mapuches manifestant à Santiago le 12 octobre. keystone
Chili

La plupart ont dû être hospitalisés et certains pourraient souffrir de séquelles à vie. De mai à septembre, une trentaine de militants mapuches incarcérés dans quatre prisons chiliennes ont mené une longue grève de la faim – et parfois de la soif – pour réclamer le respect des droits autochtones au Chili. Si, en 2017, la présidente d’alors, Michelle Bachelet, avait demandé pardon au peuple mapuche au nom de l’Etat

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion