Solidarité

Le spectre de la guerre civile au Liban

Un an après le début du mouvement de contestation, la crise, à l’origine économique et financière, s’est complexifiée, au point de devenir inextricable.
Le spectre de la guerre civile au Liban
Les protestations antigouvernement sont lourdement réprimées, comme ici, à Beyrouth, le 12 septembre. KEYSTONE
Liban

Au fil des mois, la faillite financière de l’Etat et du secteur bancaire s’est aggravée au Liban, l’urgence sanitaire causée par la pandémie de coronavirus a fini par achever une économie moribonde, et la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août, a fait remonter à la surface les profondes divergences politiques. En moins d’un an, le pays a changé trois fois de premier ministre. Aujourd’hui, il est sans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion