Solidarité

Où la mémoire refleurit

Lieu de mémoire et de rencontre, le Jardin des disparus, à Meyrin, réconforte les familles depuis deux décennies. L’écrin de verdure fête ses vingt ans vendredi et samedi.
Où la mémoire refleurit
Le Jardin des disparus représente un lieu de réparation symbolique mais aussi matérielle. SANDRO DOUDIN
Genève

Depuis vingt ans, le Jardin des disparus, à Meyrin (GE), offre un espace de soutien physique et moral pour les familles des victimes de disparition forcée. Niché dans le parc de la Golette, dans cette commune populaire de la rive droite, il fête son anniversaire ce week-end, deux décennies de sensibilisation de la population à ce phénomène lié à la violence d’Etat. La spécificité du crime de disparition forcée est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion