Arts plastiques

L’art sans excès

En ces temps incertains, les musées d’art se replient sur leurs collections et un public local. Risquées, les grandes expos onéreuses n’ont plus la cote. Tant mieux?
L’art sans excès
Obtenir des prêts internationaux est devenu complexe. Ceux de l’exposition «Kiki Smith. Hearing You with My Eyes», vernie jeudi dernier au MCBA de Lausanne, ont été sollicités avant la crise sanitaire. KEYSTONE
Expositions

«…lumière caractéristique… choix des couleurs… atmosphère… solitude des personnages…» Derrière son masque-visière plexiglas, le guide de la Fondation Beyeler décline avec passion le b.a.-ba pictural d’Edward Hopper (1882-1967). Le petit groupe qui le suit est ravi, venu à Riehen, près de Bâle, avec un billet réservé longtemps à l’avance; comme l’auteur de ces lignes et toutes les autres personnes déambulant dans les élégantes salles du musée privé. Vernie en janvier,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion