Solidarité

Privatisation de la coopération contestée

Dans une lettre ouverte à la DDC, Attac Suisse affirme que la stratégie de coopération internationale de la Suisse est incompatible avec une politique d’aide au développement respectueuse des droits humains, de l’environnement et du bien commun.
Privatisation de la coopération contestée
La DDC, via Ignazio Cassis (ici à la 43e session du Conseil des droits humains, en février dernier à Genève), a clairement annoncé son intention de consacrer à l'avenir jusqu'à 27% de son budget à des projets menés par des entreprises privées, et notamment des multinationales. KEYSTONE
Aide au développement

Au printemps dernier ont été dévoilées les intentions de la Direction de la coopération suisse (DDC) de consacrer à l’avenir jusqu’à 27% de son budget à des projets menés par des entreprises, et en particulier par des multinationales (notre article du 28 mai). Nouvelle qui a soulevé un tollé dans les milieux de la coopération et qui suscite cette semaine le lancement par Attac Suisse d’une lettre ouverte destinée à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion