Histoire

Autant en emporte le temps

Le Musée romain de Vidy se penche sur la perception de la temporalité dans sa nouvelle exposition.
Autant en emporte le temps 1
A la fin, la mort. Mais pourquoi ne pas tester un cercueil de son vivant? MRV
Lausanne 

Plaute, cité par Aulu-Gelle, maudissait déjà l’inventeur du cadran solaire, puisqu’il ne mangeait plus quand il avait faim, mais quand il était l’heure de le faire. C’était au IIe siècle et presque rien n’a changé, comme le montre la nouvelle exposition du Musée romain de Vidy-Lausanne, Le temps et moi. «Ce n’est pas une exposition sur la comptabilisation du temps à l’époque romaine. Mais il était intéressant de mettre en lumière

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion