Cinéma

Calvaire à Lima

Plombé mais sublime, Canción sin nombre évoque le sort des indigènes dans le Pérou des années 1980, sur les pas d’une jeune femme dont le bébé a été enlevé.
Calvaire à Lima
au noir et blanc de l'image renvoie au cinéma expressionniste, créant une atmosphère irréelle où les personnages évoluent comme dans un rêve éveillé., TRIGON FILMS
Pérou

Jeune Quechua vivant dans un village des Andes avec son compagnon Leo, Georgina attend son premier enfant. Sans ressources, elle répond à l’annonce radio d’une clinique de Lima qui propose des soins gratuits aux femmes enceintes. Renvoyée chez elle après l’accouchement, elle revient le lendemain et trouve porte close: son bébé lui a été enlevé. Après avoir tenté en vain de porter plainte, la jeune mère démunie sollicite l’aide d’un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion