International

Le mythe kosovar ébranlé

L’inculpation du président et leader de l’indépendance, Hashim Thaçi, rappelle que le Kosovo est né dans le sang et les larmes. Et que les bourreaux n’étaient pas dans le seul camp serbe.
Le mythe kosovar ébranlé
Ancien porte-parole de l’UÇK, Hashim
Thaçi a
 longtemps été l’homme fort du
 Kosovo. KEYSTONE
Kosovo

L’onde de choc ne faiblit pas à Pristina depuis l’inculpation, le 24 juin dernier, du président kosovar pour crimes de guerres et crimes contre l’humanité. Cette décision de la Cour spéciale chargée de juger les actions de la guérilla albanaise (1997-2001) vient aussi mettre un coup d’arrêt brutal à l’idée d’un accord territorial avec la Serbie. «Je ne suis pas un saint, mais une chose est certaine: il n’y a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion