Suisse

Déconfiner les libertés publiques

Amnesty Suisse demande des directives claires pour que l’expression politique dans les lieux publics soit restaurée et que l’état d’urgence soit partiellement levé.
Déconfiner les libertés publiques
Deux personnes ont fini au poste de police et des amendes ont été signifiées lors des actions de l’Appel du 4 mai à Genève. RA
Droits fondamentaux

Les minimanifs lors de la Fête des travailleurs du 1er mai ont motivé la réaction de la section suisse d’Amnesty International. Celle-ci s’est fendue d’un communiqué disant ses inquiétudes. Dans plusieurs villes, la police a sérieusement empiété sur la liberté d’expression d’individus se contentant de porter des banderoles dans des lieux publics. L’organisation plaide pour que la levée de l’état d’urgence, à l’heure où l’économie reprend ses droits, intègre aussi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion