Genève

La situation des MNA inquiète

Alors que des avocats dénoncent une situation tendue pour les mineurs non-accompagnés et la péjoration de leurs conditions de vie depuis la pandémie, le DIP annonce l’ouverture d’un nouveau foyer de 10 places au mois de juin.
«Il est temps d’agir pour les MNA» 1
Les militants demandent depuis longtemps que les autorités genevoises prennent en charge de manière plus conséquente ces adolescents. JPDS
Migrants mineurs

Depuis le début de la crise du coronavirus, le semi-confinement touche plus durement les populations précaires. Parmi elles, les mineurs étrangers non-accompagnés (MNA): ces jeunes qui n’ont pas le droit de demander l’asile car leurs pays d’origine sont considérés comme sûrs par la Confédération. La semaine dernière, la Permanence juridique pour les MNA a adressé une lettre ouverte au Conseil d’Etat pour dénoncer la péjoration de leurs conditions d’existence. Le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion