Livres

Ecrire pour donner voix aux autres

Auteur d’un récent billet d’humeur intitulé «Du devoir de se taire», l’écrivain Benjamin Hoffmann en appelle au temps long de la littérature face à l’injonction de l’immédiat.
Ecrire pour donner voix aux autres 1
«Loin d’éclairer le lecteur sur sa situation, les journaux de confinement nous parlent avant tout des privilèges de leurs auteurs», selon Benjamin Hoffmann. SHUTTERSTOCK /IVAN KRUK
Interview

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue de sévir à des rythmes différents dans le monde, certains écrivains, comme Benjamin Hoffmann, invoquent un devoir éthique de réserve. Professeur associé à l’université de l’Ohio où il enseigne la création littéraire et la littérature française d’Ancien Régime, il est l’auteur de romans et d’essais, parmi lesquels American Pandemonium (Gallimard, 2016), L’Amérique posthume (Classiques Garnier, 2019) et Les Paradoxes de la postérité (Minuit, 2019).

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion