Opinions

Confiné, oui, mais avec Le Courrier

Confiné, oui, mais avec le Courrier
Une lectrice du "Courrier", hiver 2020. WIKIMEDIAS
Le Courrier

Chère lectrice, cher lecteur, vous l’aurez remarqué, votre journal préféré a dû s’adapter lui aussi au semi-confinement qui règle nos vies ces jours-ci.

L’essentiel du journal est réalisé en télétravail et des réductions d’horaires (RHT) ont dû être demandées. Ce qui ne va pas sans poser quelques tracas; nous nous excusons d’avance des problèmes que vous avez pu rencontrer dans vos renouvellements d’abonnements ou des couacs que vous aurez relevés dans nos pages.

Le contexte politique et social dans lequel nous nous inscrivons est presque irréel. Jamais – ou, en tous les cas, pas depuis longtemps – le besoin d’informations ne s’est aussi fortement fait ressentir. La fréquentation de notre site a grimpé de façon vertigineuse. Nous avons reçu des signaux encourageants: de nombreux nouveaux abonnements, des essais et des messages de soutien de la part de nos lectrices et lecteurs. Merci! Mais jamais non plus la presse n’a autant été en danger. Ce secteur a été ravagé par la révolution internet. Le Covid-19 est venu assécher encore plus les rentrées publicitaires. Le Courrier – où cette ligne budgétaire représente environ 20% de nos revenus – a été moins touché que d’autres. Mais notre équilibre financier s’en trouve tout de même ébranlé

Pour nous aider et soutenir une voix indépendante dans un concert médiatique souvent trop consensuel, deux pistes vous sont proposées. La première est connue. Il s’agit de notre traditionnelle souscription qui fait partie intégrante du modèle économique du Courrier.

La seconde vise à faire découvrir le journal à de nouveaux abonnés potentiels. Une manière d’assurer au Courrier une stabilité et une durabilité économique sur le long terme. Nous lançons dans ce numéro une campagne d’essai pour «faire découvrir le journal qui vous va bien!» En clair: il est proposé à nos lectrices et lecteurs d’offrir un essai web à l’un de leurs proches ou à une personne dont elles ou ils pensent que le journal lui correspond. C’est dire si le choix est vaste.

Un parrainage, en quelque sorte. Rendez-vous sur notre boutique internet. Pour 19 francs, vous pouvez offrir deux mois d’essai au Courrier. C’est abordable – le prix d’une bonne bouteille de vin ou d’un joli bouquet de fleurs – et vous ferez deux heureux: la personne que vous aurez gâtée et l’équipe du Courrier qui se bat pour faire vivre ce titre. Combien de fois n’avons-nous pas entendu: «Mais pourquoi ne me suis-je pas abonné plus tôt, ce journal me correspond tellement?» Ou, pour paraphraser la phrase prêtée à Winkelried: «Quelle est l’âme généreuse qui m’a poussé?»

Opinions L’équipe du “Courrier” Le Courrier

Connexion