Suisse

La taxe kilométrique se met en route

La taxe kilométrique testée à Zoug apparaît comme le seul moyen de remplir une crousille qui se vide. Réactions mitigées.
La taxe kilométrique se met en route
Les voitures consomment de moins en moins d’essence et leur remplacement par des véhicules électriques s’accélère. Du coup, le revenu des taxes sur les carburants fond à vue d’œil. JPDS/IMAGE D'ILLUSTRATION
Routes

La redevance kilométrique, ou mobility pricing, est-elle la panacée pour sauver le financement des infrastructures de transport en Suisse? C’est l’avis de Jürg Röthlisberger, directeur de l’Office fédéral des routes (OFROU), qui «ne voit rien de plus adapté», comme il l’a déclaré dans une interview à Blick. Les voitures consomment de moins en moins d’essence et leur remplacement par des véhicules électriques s’accélère. Du coup, le revenu des taxes sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion