Cinéma

Introspection cinéphage

Frank Beauvais transcende sa dépression pour ausculter l’anxiété contemporaine dans Ne croyez surtout pas que je hurle. Un essai documentaire fascinant.
Introspection cinéphage
DR
Documentaire

Après une rupture, Frank Beauvais se retrouve seul et fauché dans un village isolé de la campagne alsacienne. Et l’actualité anxiogène de l’année 2016 accentue encore ses angoisses existentielles. Le cinéaste de 45 ans se réfugie alors dans le visionnage compulsif de quatre à cinq films par jour durant plusieurs mois. Déjà auteur de huit courts, il puise dans cet épisode dépressif la matière de son premier long métrage. Un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion