Livres

Génération tragique

Moscou abrite un riche patrimoine littéraire lové dans les interstices d’une architecture de béton et de verre. Petite balade sur les traces de Boulgakov, Mandelstam, Akhmatova ou Pasternak.
Génération tragique 2
La statue triomphante de Maïakovski sur le parvis du Métro Mayakovskaya, le long du Garden Ring. MMD
Littérature 

Jadis censurés, persécutés, déportés, les écrivains de la génération de 1890 ont été, depuis, réinscrits au panthéon littéraire russe. Leurs œuvres font l’objet de rééditions; leurs maisons sont devenues des musées d’Etat. A la chape de plomb s’est substituée la reconnaissance officielle. Un processus amorcé dès les années 1960 et poursuivi durant la Perestroïka dans les années 1980. Le poète Ossip Mandelstam, mort en déportation en 1938, a ainsi été

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion