Scène

Prisca Harsch, esprit libre

A Genève, la danseuse et chorégraphe programme le volet Arts vivants du Festival Antigel, qui mêlera musique et danse dans un mois. Elle accompagne entre autres des artistes femmes.
Prisca Harsch, esprit libre
«Les histoires de femmes un peu ‘monstresses’ m’intéressent.» MATHIEU GESER
Festival 

«La programmation est bouclée, il reste à s’occuper de l’organisation. Mais je ne suis pas en panique, c’est mon métier.» Prisca Harsch sourit devant un café matinal. La danseuse et chorégraphe genevoise est passée de l’autre côté du rideau, elle qui a foulé les scènes d’ici et d’ailleurs durant des années. Elle programme les arts vivants au Festival Antigel depuis sept ans, après Claude Ratzé, ex-directeur de l’Association pour la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion