Cinéma

Palestine post-apocalyptique

Projetés ce week-end à Genève, deux courts métrages de Larissa Sansour conjuguent la Palestine au futur de la SF.
Palestine post-apocalyptique 1
Invoquant l’influence des mythes sur la réalité historique et politique, "In the Future They Ate from the Finest Porcelain" renvoie à la légitimation biblique de l’Etat israélien. SPIKE ISLAND
Courts métrages

Les réalisatrices sont à l’honneur aux rencontres cinématographiques «Palestine: Filmer c’est exister», dont la 8e édition court jusqu’à mardi à Genève. «Si elles représentent plus de 50 % des ­cinéastes palestiniens, les femmes affrontent toujours les mêmes difficultés lorsqu’il s’agit de lever des fonds pour produire un long métrage», souligne le festival. Et rares sont celles qui accèdent à la reconnaissance internationale. Outre Annemarie Jacir (Le Sel de la mer, When I

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion