Solidarité

«La rue algérienne est faiseuse de rois»

Pour Akram Belkaïd, la présidentielle du 12 décembre n’est qu’une manœuvre du régime pour assurer son maintien. L’intellectuel franco-algérien mise sur l’essoufflement du système politique.
«La rue algérienne est faiseuse de rois» 1
Alger, le 5 novembre. Tous les mardis et vendredis, le peuple algérien manifeste pour exiger un changement du système politique. KEYSTONE
Algérie

«On ne votera pas», «pas de votes avec la mafia». Depuis la destitution du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, en avril, la contestation populaire contre l’oligarchie militaire au pouvoir ne faiblit pas, à l’image de la marée humaine qui a envahi les rues du pays, vendredi 8 novembre. Comment expliquer la poursuite des mobilisations en dépit de la promesse d’une élection présidentielle et des menaces brandies par l’état-major de l’armée? De

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion