Lecteurs

Entre satire et réalité

Le conseiller d’Etat Mauro Poggia réagit à la critique de La Revue genevoise que nous avons publiée le 15 octobre.
Spectacle

En tant que chef du Département chargé de la sécurité, j’ai été particulièrement choqué par le commentaire paru dans votre édition du 15 octobre, relatant une scène de la nouvelle Revue.

Ainsi, j’ai pu lire: «Et quand le poste des Pâquis donne lieu à des partouzes pour ripoux, la réalité est si proche de la satire qu’on rit franchement jaune».

Le fait que l’on relate une scène comique, ou du moins qui se prétend telle, n’autorise évidemment pas toutes les dérives de langage. Autant je peux bien évidemment comprendre que la satire jouée sur scène puisse noircir le trait, autant le fait, de venir affirmer, sous la plume d’un journaliste, qu’il s’agirait d’une présentation proche de la réalité est d’autant moins acceptable que de tels propos laissent entendre que l’auteur aurait des informations privilégiées l’autorisant à une telle affirmation.

Si je suis le premier à déplorer que des comportements inadmissibles, voire même pénalement répréhensibles, aient pu avoir lieu, les sanctions qui doivent être prises le seront. Aucun élément ne permet à ce jour d’affirmer qu’ils pourraient être assimilés à ce qui a été présenté par cette scène satirique et je ne peux accepter que l’on puisse, à la légère, dans un journal qui se veut sérieux, porter l’opprobre de manière générale sur les fonctionnaires de police.

Mauro Poggia,
conseiller d’Etat genevois (DSES)

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Spectacle

Autour de l'article

Connexion