International

Les socialistes rompent la gerigonça

Le contrat de gouvernement entre centre-gauche et gauche radicale ne sera pas renouvelé. Premier ministre minoritaire, António Costa cherchera des alliances parlementaires au cas par cas.
Les socialistes rompent la gerigonça
Le premier ministre António Costa n’a pas tenté de forcer l’alliance avec une gauche radicale très critique avec l’UE. Pour plaire à Bruxelles, il faudra peut être déplaire aux travailleurs portugais. KEYSTONE
Portugal

Il n’y aura pas de geringonça II. Ce mot désuet et familier qui qualifiait l’alliance entre le Parti socialiste et la gauche radicale, ayant soutenu le gouvernement d’António Costa entre 2015 et 2019, va s’effacer à nouveau. En cause, la volonté du premier ministre sortant de gagner en autonomie face à ses alliés incommodes. A l’issue des élections législatives du 6 octobre dernier, la répétition de cette alliance hors norme et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion