International

Le cèdre prend feu

Depuis une semaine, le pays connaît un mouvement de contestation d’une ampleur inédite visant toute la classe politique et dénonçant pêle-mêle la corruption, les bas salaires et l’état des infrastructures.
Le cèdre prend feu
L’annonce lundi d’une batterie de réformes destinées à calmer les esprits par le Premier ministre, Saad Hariri, n’a pas entamé la détermination des manifestants. KEYSTONE
Liban

Il est 16 heures, mardi. La place des Martyrs, cœur de la contestation à Beyrouth, commence à se remplir. Narguilés à l’épaule, des adolescents déambulent au milieu des manifestants, espérant faire des affaires. Debout sur une voiture, un homme au masque d’Anonymous et une femme en habit de danse orientale se déhanchent sur des tubes arabes. Des slogans fusent de tous côtés. «Le peuple veut la chute du régime», «Révolution!

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion