Arts plastiques

Généreux minimalisme

Dans les accrochages d’automne du Mamco, l’artiste new-yorkaise Rosemarie ­Castoro (1939-2015) étonne par la cohérence de ses pratiques plurielles.
Généreux minimalisme
Les échelles Land of Lads (1975) de ­Rosemarie ­Castoro. ANNIK WETTER
MAMCO

En anglais, «Y» se prononce why, «pourquoi». Multipliée à l’envi sur plusieurs toiles au premier étage du Mamco, Musée d’art moderne et contemporain de Genève, la lettre insinue «Why painting?» Une question que Rosemarie Castoro (1939-2015), l’auteure des œuvres, s’est posée durant la première moitié des années 1960, après des études en design – et alors que les arts visuels s’affranchissaient du modernisme encore très pinceau-toile pour embrasser concept ou

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion