Genève

Les «marginaux», révélateurs d’une société

Une exposition sur les oubliés de l’Histoire genevoise ouvre ses portes à Uni Carl-Vogt.
Les «marginaux», révélateurs d’une société
En confrontant le récit d’individus marginalisés au discours officiel des autorités, l’exposition pose la question de la transmission de l’histoire. FEDERICO DOTTI
Exposition

Que nous apprennent les marginaux du XIXe siècle sur nous-même? «Figures de l’ombre. Histoires genevoises», la nouvelle exposition de l’université de Genève (Unige), interroge la notion des «marges» d’une société. En confrontant le récit d’individus marginalisés au discours officiel des autorités, elle pose aussi la question de la transmission de l’histoire. L’exposition se focalise sur trois catégories de marginaux – les détenus, les indigents et les aliénés – dans la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion