International

Doutes et violences en Bolivie

Lent et contradictoire, le dépouillement de la présidentielle est taxé de frauduleux par l’opposition. Selon le dernier décompte, Evo Morales pourrait être réélu au premier tour.
Doutes et violences en Bolivie
A La Paz. la police encadrait lundi 21 octobre une manifestation de militants du Mouvement vers le socialisme, le parti du président Evo Morales. Les heurts observés font suite à une campagne déjà entachée par plusieurs violences. KEYSTONE
Election présidentielle

La tension était à son comble lundi soir en Bolivie. L’annonce vers 21h que le président sortant Evo Morales avait suffisamment creusé son écart sur Carlos Mesa après 95% du «décompte rapide» a mis de nombreux Boliviens en colère. Avec 46,87% contre 36,73%, le leader du Mouvement vers le socialisme dépasserait les dix points d’avance et s’épargnerait en effet un second tour difficile. Mais l’opposition dénonce une fraude, s’appuyant sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion