Scène

Les mines tuent l’Afrique

En écho à l’initiative pour des multinationales responsables, Jérôme Richer monte Cœur minéral du Québécois Martin Bellemare, au Théâtre Pitoëff, à Genève, avec une troupe d’artistes africains.
Les mines tuent l’Afrique
Dans "Cœur minéral", la comédienne Fatoumata Sagnane Condé joue le rôle de narratrice. SIXTINE LEROY
Théâtre

«Une mine, c’est un trou dans le sol avec un menteur à l’entrée», clame un interprète de Cœur minéral sur le ­plateau du Théâtre Pitoëff, à Genève. Il y a partout des trous, la Guinée est devenu une mine à ciel ouvert, où il n’y a plus d’enfants ni de bétails dans un paysage lunaire, dit le texte. L’Afrique est pauvre mais son sous-sol est riche. Un paradoxe que les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion