Lecteurs

Vous avez dit 0,2%?

Jean-Jacques Maillard commente l’annonce d’une faible hausse des primes de l’assurance maladie pour cette année.
Assurance maladie

Le couperet est tombé. Nous connaissons nos primes d’assurance maladie pour l’année prochaine. Sourire vainqueur, le Conseiller fédéral Alain Berset s’est glorifié de ce résultat dans les médias. Mais, comme le titrait votre journal: «Moyenne trompeuse».

Moi, comme chaque année, dès que les nouvelles primes sont annoncées, vite un clic sur «Priminfo», le calculateur des primes en ligne, pour voir à quelle sauce je serai mangé. Augmentation moyenne pour Genève 0.5%? L’alourdissement sera minime. Croyez pas ça! Pour moi, ce sera 3.78%, soit 18,50 francs par mois, plus de sept fois cette moyenne trompeuse.

Et pourtant, je m’efforce d’utiliser au mieux les possibilités du système: médecin de premier recours, HMO, changement de caisse, j’ai tout essayé pour payer moins. Ainsi, depuis 2010, j’ai changé à trois reprises de caisse maladie afin de contracter auprès de la moins chère, dans la catégorie la plus favorable1Je n’utilise que la franchise de base, car je trouve les franchises plus hautes peu solidaires et pas sociales. Pour les mêmes raisons, je renonce aux assurances qui sont moins chères parce qu’elles demandent notamment à leurs affiliés d’avancer les frais pharmaceutiques.. En vain. En dix ans, mes primes ont subi une augmentation de près de 50%, passant de 339,80 francs en 2010 à 508,20 francs pour 2020…

La moyenne est trompeuse. Chaque année, parfois tous les deux ou trois ans, les primes qui s’avéraient avantageuses se trouvent augmentées parce que de nombreux nouveaux assurés ont rejoint cette caisse ou cette catégorie d’affiliés. En fait, les augmentations les plus fortes touchent avant tout les primes les plus basses, dans les caisses les moins chères.

Une concurrence avec des prestations identiques, des réserves pour chaque assurance et dans chaque canton, une gestion peu transparente… c’est le système qui est gangréné. Il est grand temps que le principe de la caisse unique ou d’une caisse cantonale soit remis sur le métier.

Cette année électorale n’est pas représentative et nous paierons à coup sûr l’addition l’année prochaine. Car, vous l’avez certainement constaté, les augmentations moyennes sont souvent moindres la veille des élections fédérales, comme elles sont modestes aussi lorsque l’on doit voter pour changer le système actuel des caisses maladie. Ah! Mais voilà la solution! Pour des primes raisonnables, provoquons des votations sur les caisses maladies toutes les années… sauf les années d’élections fédérales, bien entendu.

Jean-Jacques Maillard,
Genève

Notes   [ + ]

1. Je n’utilise que la franchise de base, car je trouve les franchises plus hautes peu solidaires et pas sociales. Pour les mêmes raisons, je renonce aux assurances qui sont moins chères parce qu’elles demandent notamment à leurs affiliés d’avancer les frais pharmaceutiques.
Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Assurance maladie

Connexion