Scène

Monologue d’une génération perdue

Perdre son sac brosse un portrait à la fois sombre et lumineux d’une jeune laveuse de vitres, porte­-parole d’une génération malmenée. A voir à la Comédie de Genève dans le cadre de La Bâtie.
Monologue d’une génération perdue
Seule en scène, la jeune Lola Giouse ­impressionne dans "Perdre son sac", monologue que lui a écrit Pascal Rambert. MAGALI DOUGADOS
Théâtre

Elle est postée derrière une paroi vitrée qui occupe toute l’avant-scène de la Comédie. L’eau y ruisselle parfois, filtrant la lumière. Elle, c’est la jeune comédienne Lola Giouse, passée par le Conservatoire de Genève puis la Manu­facture de Lausanne. Elle y a d’abord travaillé avec Denis Maillefer, codirecteur de la Comédie, qui signe aujourd’hui la mise en scène de Perdre son sac. Avec lui, elle avait déjà abordé un texte

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion