Musique

«Le punk, c’est l’émeute et le plaisir»

L’historien Pierre Raboud livre une analyse captivante d’un ­scandale social qui, dès1977, éclate dans toute l’Europe y compris en Suisse.
«Le punk, c’est l’émeute et le plaisir»
Couverture du fanzine "Punk Genève", No 2,1978. ARCHIVES PERSONNELLES
Contre-culture

Les Trente Glorieuses s’achèvent, et au moment où le discours critique s’affaiblit en Occident, une insurrection musicale rejette avec virulence la culture dominante: le punk. Pierre Raboud décrit dans son ouvrage Fun et mégaphones comment ce mouvement se met en place dans quatre pays: la Suisse, la France et l’Allemagne de l’Ouest, ­ainsi que celle de l’Est. Durant la période étudiée soit de 1977 à 1982, une onde de choc

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion