Lecteurs

Vive la Cité de la musique

Eric Monnier et Brigitte Exchaquet-Monnier regrettent qu’un référendum menace la Cité de la musique à Genève.
Culture

Ainsi quelques esprits chagrins prévoient de lancer un référendum contre la construction de la magnifique Cité de la musique. Leur premier argument est qu’il faudra abattre des arbres pour permettre cette construction. C’est l’évidence, mais il est naturellement prévu d’en replanter et, au total, il y aura même plus d’arbres qu’avant. Qui plus est, le terrain aujourd’hui propriété de l’ONU et donc fermé, deviendra un parc public, ouvert à toutes et tous. Le deuxième argument est qu’il faudra détruire une villa datant de la fin du XIXe, les Feuillantines. Cette maison (qui appartient elle aussi à l’ONU) a été qualifiée d’intéressante par la commission du patrimoine, mais non d’exceptionnelle. La question est bien l’enjeu de cette démolition. S’il s’agissait de construire un centre commercial, sans doute serions-nous amenés à vouloir aussi sa préservation. Mais il s’agit de construire un équipement culturel exceptionnel, sur le plan de la musique et de l’enseignement de celle-ci.

Le Victoria Hall fait certes partie de l’ADN musical des Genevoises et Genevois, mais la salle date du XIXe aussi, elle est inconfortable et certaines places offrent une vision et surtout une écoute assez médiocre aux mélomanes. Son plateau est limité et les grands orchestres y sont vite à l’étroit. La HEM genevoise (un des fleurons de la formation musicale en Europe) fonctionne aussi dans de mauvaises conditions, dispersée qu’elle est dans différents locaux pas toujours adaptés. A la Cité de la musique, elle disposera enfin d’un outil à la hauteur de sa réputation et de ses ambitions. Et surtout, la Cité de la musique constituera une plus-value culturelle d’exception pour celles et ceux qui aiment la musique, toutes les musiques. Toutes les grandes villes qui ont récemment construit de tels lieux dédiés à la musique (comme Ham-bourg et sa Philharmonie de l’Elbe), en ont fait l’expérience: ces nouvelles salles ont multiplié le nombre de spectateurs et spectatrices. Il faut que la Cité de la musique soit réalisée dans les meilleurs délais et non dans 107 ans, comme un certain équipement de transport de la région. Alors, si référendum il doit y avoir, il faudra accepter le sacrifice nécessaire d’une villa privée au profit d’une réalisation culturelle profitable à toutes et tous. Vive la Cité de la musique.

Eric Monnier et Brigitte Exchaquet-Monnier,
Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Culture

Connexion