Livres

Ecrire, échafauder

Le comédien et poète lausannois Jacques Roman publie deux ouvrages où vibre son verbe intense, halluciné parfois.
Ecrire, échafauder
"Caïn et Abel" (1603) par Palma il Giovane. WIKIMEDIA COMMONS
Littérature 

«Existe-t-il une œuvre derrière l’échafaudage? Je ne peux répondre à cette question!» Alors Jacques Roman continue ce chantier d’écriture qu’il évoquait en 2012 dans La Revue de Belles-Lettres, gagnant ses altitudes en «petits travaux acharnés», méditations, proférations, traversées, proses et récits en saccades et cascades. Comédien et metteur en scène, le Lausannois est ce poète de la voix haute dont la langue sonore est modulée comme un cri intérieur, rythmée

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion