Suisse

Il faut redéfinir le viol

Les voix réclamant que toute relation sexuelle non consentie soit considérée comme un viol se multiplient.
Il faut redéfinir le viol
Silvia Ingolfsdottir Åkermark: «Je n’ai jamais entendu une femme dire ne pas savoir où sont les limites ou ce qu’elle peut faire ou pas.» ALAIN WICHT
Agressions sexuelles

«Il faudra bientôt passer un contrat écrit avant de faire l’amour!» Ce genre de critiques fusent, parfois, lorsqu’il est question de définir le viol comme résultat d’une absence de consentement. Car en Suisse, pour l’heure, il faut qu’il y ait violence ou contrainte pour que le délit existe. Résultat: nombre d’agressions ne débouchent pas sur une condamnation. Des professeurs de droit pénal et des parlementaires demandent une nouvelle définition. Début

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion