Cinéma

Pèlerinage poétique

Zen et contemplatif, Le Voyage de Bashô, de Richard Dindo, capture l’essence philosophique du haïku.
Pèlerinage poétique
FILMCOOPI
Documentaire

Souvent ramené à ses documentaires politiques, Richard Dindo se dit avant tout «cinéaste du livre». Lui qui a mis en scène les mots de Frisch, Kafka, Genet ou Rimbaud – et désormais ceux du Japonais Matsuo Bashô (1644-1694), père spirituel du haïku. Dans une capsule vidéo pour les Cinémas du Grütli, le cinéaste alémanique précise: «Chez moi, le cinéma commence avec la parole et non pas avec les images.» C’est donc

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion