Cinéma

«Vous pouvez me freiner, mais pas m’arrêter»

Free Men plonge dans les entrailles d’une prison de l’Arkansas, à travers les mots de Kenneth Reams, un détenu qui croupit depuis vingt-cinq ans dans les couloirs de la mort.
«Vous pouvez me ralentir, mais pas m’arrêter»
"Free Men" parvient à casser les murs d’une prison déshumanisée, et nous emporte dans les rêves d’un homme qui n’abandonne jamais. INTERMEZZO
Peine de mort

«Je ne peux pas vous montrer mon visage, mais je vais vous raconter mon histoire», prévient une voix dès les premières images. Avec Free Men, documentaire projeté en ce moment au Cinérama Empire à Genève et au Bellevaux à Lausanne, la cinéaste et journaliste suisse Anne-Frédérique Widmann dépeint le quotidien du condamné à mort afro-américain Kenneth Reams, accusé à tort à l’âge de 18 ans d’un meurtre par un jury

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion