Musique

L’odyssée d’un esclave devenu violoniste

Le festival Musiques en exil des Ateliers d’ethnomusicologie de Genève revient notamment sur le parcours incroyable de Joseph Antonio Emidy (1775-1835).
L’odyssée d’un esclave devenu violoniste
Vendu comme esclave au Brésil, le Guinéen Emidy dirigera le principal orchestre des Cornouailles. DR
Spectacle

L’exil, aujourd’hui comme hier, est souvent le fruit d’une domination, déracinement forcé, voyage sans retour. L’exilé charrie avec lui son trauma, mais aussi son imaginaire et sa culture. «Au-delà des blessures, l’exil peut se révéler fécond et surgir comme un nouveau territoire que la musique, jeu subtil de la mémoire, vient habiter.» Fabrice Contri, directeur des Ateliers d’ethnomusicologie, pose en ces termes le cadre d’un festival qui résume la vocation

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion