Scène

«Havre» ou les trous béants de l’existence

L’auteure canadienne Mishka Lavigne a composé une surprenante et subtile comédie autour du deuil et des traces qu’on laisse après soi. A voir au Poche, à Genève, et au TPR à La Chaux-de-Fonds.
«Havre» ou les trous béants de l’existence
Rébecca Balestra et Baptiste Coustenoble incarnent Elsie et Matej. SAMUEL RUBIO
Théâtre

Elle doit gérer le décès de sa mère, célébrité du monde littéraire. Lui cherche ses parents biologiques à Sarajevo, où le conflit l’a poussé à l’exil très tôt dans l’enfance. Le hasard les confronte dans Havre, de Mishka Lavigne, mis en scène par Anne Bisang au Poche, à Genève. Le décor sobre est essentiellement constitué de deux panneaux blancs disposés en point de fuite, télescopant leurs destinées, sur lesquels sont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion